Un service de Radiologie totalement rénové, de nouveaux équipements de pointe et une avancée théranostique

L’imagerie médicale du Centre François Baclesse a fait peau neuve ces derniers mois. Le service de Radiologie a été totalement rénové et le service de Médecine nucléaire a actualisé l’équipement de son laboratoire de préparation des radiopharmaceutiques. De plus, le plateau dispose de trois nouveaux équipements de dernière génération (deux scanners et une gamma caméra hybride).

Les nouveautés en radiologie

Un nouveau service de Radiologie, ouvert le 8 juin 2020

Le service de Radiologie intervient à différentes étapes de la prise en charge des patients en cancérologie, avec une activité de radiologie diagnostique (pour établir un diagnostic, en dépistant et caractérisant la tumeur, son extension et l’évaluation de la réponse au traitement) et de radiologie interventionnelle (diagnostic et traitement de tumeurs sous guidage radiologique, avec des techniques innovantes peu invasives, sans recours à la chirurgie).

Situé au rez-de-chaussée du Centre, ce service a été totalement rénové. Il a ouvert après 1 an et demi de travaux.  Pendant ce temps, l’ensemble de l’activité de radiologie (sauf l’IRM) a été délocalisée dans d’autres services du Centre, pour assurer la continuité des soins.

Radiologie : service totalement rénové
Service de Radiologie : Salle d’attente des scanners / Accueil du service
Radiologie : nouveau scanner diagnostic
Scanner de diagnostic Philips Incisive CT

Le service a été restructuré, devenant ainsi plus fonctionnel, avec :

  • L’amélioration de l’accueil des patients,
  • L’optimisation des flux  de circulation des patients et des professionnels,
  • Le développement de l’activité de radiologie interventionnelle, grâce à l’implantation d’un deuxième scanner, dans des locaux en milieu contrôlé et dans des conditions identiques à celles d’un bloc opératoire.

Les nouvelles techniques de radiologie interventionnelle utilisées dans ce service sont :
• Le traitement par le froid des tumeurs (destruction par cryoablation),
• Le traitement par le chaud des tumeurs (destruction par radiofréquence),
• La consolidation osseuse par cimentoplastie ou spondyloplastie.

Le service de radiologie dispose désormais d’un plateau technique composé de :
• 1 scanner de diagnostic Philips Incisive CT (2020)
• 1 scanner partagé Siemens Confidence RT Pro (2020)
• 1 IRM Aéra – Siemens (2017)
• 1 table de radiologie numérique Stephanix Evidence (2011)

Un deuxième scanner, qui ouvrira en septembre 2020

Ce deuxième scanner, implanté dans le service de Radiologie, est un scanner Siemens Confidence RT Pro. Il sera partagé entre les services de Radiologie et de Radiothérapie, avec une activité dédiée :
• 30 % à la radiologie interventionnelle,
• 40 % à la radiologie de diagnostic : suivi et prise en charge des nouveaux patients ,
• 30 % à la radiothérapie, pour les scanners de mise en traitement de protonthérapie.

Scanner partagé
Scanner partagé Siemens Confidence RT Pro
(Ouverture en septembre 2020 dans des conditions identiques à celles d’un bloc opératoire)

L’ouverture de ce deuxième scanner permet de réduire les délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous de scanner, de développer l’activité de radiologie interventionnelle qui nécessite un scanner de dernière génération, tout comme la mise en traitement pour de la radiothérapie par protonthérapie.

Et bientôt, l’ouverture d’un nouveau service de Sénologie, en octobre 2020

L’unité de Sénologie, qui dépend du service de Radiologie, est actuellement en travaux de rénovation et d’extension. Elle ouvrira en octobre 2020, avec de nouveaux équipements et une nouvelle organisation.

Les nouveautés en Médecine nucléaire

Le service de Médecine nucléaire réalise des examens à des fins diagnostiques (les scintigraphies et TEP scans) ainsi que des traitements (radiothérapie interne vectorisée) à l’aide de différents produits radioactifs administrés aux patients. L’imagerie moléculaire permet ainsi d’explorer des organes, des tumeurs ou des voies métaboliques spécifiques.
Le service de Médecine nucléaire totalement rénové fin 2017 dispose désormais d’un plateau technique composé de :
• 1 TEP-Scanner numérique Vereos Philips (2017)
• 3 gamma caméras, qui détectent les rayonnements gamma émis par les éléments radioactifs et forment une scintigraphie (image de leur répartition dans l’organisme) :
. 1 caméra BRIVO GE (2016),
. 1 caméra Symbia T2 Siemens (2010) couplée à un scanner X de repérage,
. 1 nouvelle caméra Siemens INTEVO Bold couplée à un scanner X de repérage (Installée en juin 2020).
• Un laboratoire de préparation des radiopharmaceutiques réaménagé (Avril 2020)

Une nouvelle gamma caméra hybride : Symbia INTEVO

Cette nouvelle gamma caméra de dernière génération remplace un équipement mis en service en 2006.

Médecine nucléaire : Gamma caméra INTEVO
Nouvelle gamma caméra INTEVO (Juin 2020)

Ses principales caractéristiques sont :

  • Le couplage avec un scanner de repérage de haute résolution (meilleure qualité),
  • La production directe d’images gamma de très haute définition, permettant des interprétations plus fines, avec une meilleure visualisation des lésions.
  • La délivrance de doses les plus basses possible aux patients, avec des scans plus rapides.
Un nouveau laboratoire « chaud » de radiopharmacie
Laboratoire de préparation des radiopharmaceutiques
Zone de production de la radiopharmacie : le laboratoire chaud

Mi-avril 2020, un nouveau laboratoire chaud est entré en service. Dédié au stockage, à la production et au contrôle des médicaments radiopharmaceutiques, il est équipé de :

  • deux nouvelles enceintes blindées de classe A (appelées également boîtes à gants) permettant aux radiopharmaciens de manipuler les radioéléments en étant protégés des radiations. Ces enceintes, plus épaisses permettent de travailler dans de très bonnes conditions de radioprotection, tout en assurant un respect optimal des normes d’hygiène lors de la préparation des doses-patients.
  • un générateur de Gallium-68 pour la préparation de radiotraceurs de nouvelle génération pour le PET-Scan, comme le DOTATOC (SOMAKIT-TOC ®). Ce générateur a une durée de vie d’1 an (Mars 2020)
Préparation du Gallium-68
Préparation du Gallium-68
Enceinte blindée / Générateur de Gallium-68 / Préparation du DOTATOC
Une avancée dans le domaine des tumeurs endocrines avec le TEP scan au Gallium-68 DOTATOC et le traitement par LUTATHERA

D’une façon générale, les tumeurs malignes consomment le glucose en excès, et le traceur habituellement utilisé pour le TEP-Scanner est  le FDG, un analogue du glucose marqué par un émetteur beta +, le Fluor 18. Ce traceur est produit par des industriels sur différents sites en France équipés de cyclotrons et livré sur commande dans les services de Médecine nucléaire.

Certaines tumeurs, appelées tumeurs endocrines, ne fixent pas bien le FDG, mais expriment à leur surface des récepteurs spécifiques (récepteurs de la somatostatine). L’utilisation d’un analogue de la somatostatine (DOTATOC) marqué avec un émetteur beta +, le Gallium 68, permet de faire des images TEP de ces lésions, et le marquage avec un émetteur beta- , le Lutétium 177, permet de traiter (radiothérapie interne vectorisée) ces lésions lorsqu’elles sont métastatiques. Ce couple théranostique (« Théra » pour thérapeutique  et « nostique » pour diagnostique) représente une avancée majeure dans la prise en charge de ces tumeurs.

Le TEP scan au Gallium-68 DOTATOC

Le marquage du Gallium68 sur le vecteur DOTATOC est réalisé dans le service de Médecine nucléaire, au sein du laboratoire « chaud », à l’intérieur des enceintes blindées, sous la responsabilité d’un radiopharmacien. Le DOTATOC a une forte affinité pour les récepteurs de la somatostatine et se fixe de façon spécifique sur les tumeurs endocrines. Le marquage au Gallium-68 permet de faire les images sur le TEP scan avec une nette amélioration de l’image par rapport à la scintigraphie à l’Octreoscan utilisé jusqu’à maintenant. La résolution spatiale de l’image obtenue sur PET-Scanner est bien meilleure que sur une gamma caméra, avec une plus grande sensibilité de détection. Le confort du patient est également amélioré avec un examen TEP- Gallium-68 DOTATOC qui dure entre 1h30 à 2h au lieu de 48h précédemment. Les examens diagnostiques au Gallium-68 DOTATOC sont utilisés pour des bilans d’extension et de récidive. Les premiers patients ont été pris en charge en avril 2020.

Le traitement par radiothérapie interne vectorisée (LUTATHERA)

Ce traitement de radiothérapie interne vectorisée a été mis en place fin 2016 dans les 4 chambres radioprotégées dédiées au 7e étage du Centre, chez des patients présentant une tumeur endocrine digestive de l’intestin métastatique. Ce traitement a démontré son efficacité et il est en général très bien toléré par les patients.

Principe d'action du LUTATHERA